#1 L’interopérabilité pour l’intercoopération

Le web marginalise les coopératives : à nous de changer les choses !

Le mouvement coopératif est incarné par ses associations coopératives actives dans le monde entier, aux niveaux local, national et international. Les associations coopératives remplissent deux fonctions principales : promouvoir le modèle coopératif (auprès des décideurs politiques et du grand public) et stimuler l’innovation parmi leurs membres (par le partage et la mutualisation des connaissances et des ressources).

Soucieuses de stimuler l’innovation et de diffuser le modèle coopératif, les associations coopératives mènent des programmes éducatifs pour les entrepreneurs. Cooperatives Europe et l’Alliance coopérative internationale (ACI) aident leurs membres à lancer et à consolider de tels programmes en stimulant le partage de l’expertise et des ressources. Avec leurs membres et les parties prenantes, elles produisent et partagent des ressources ouvertes gratuites, consistant en des méthodologies et des documents pédagogiques, pour promouvoir et soutenir l’entrepreneuriat coopératif sur leurs territoires respectifs.

Pourtant, les solutions web actuelles ont trop peu contribué à rendre les ressources coopératives accessibles au grand public. Pour communiquer avec leurs membres et partenaires , les associations coopératives s’appuient sur des solutions traditionnelles telles que l’envoi de courriels et la publication sur des sites web. Malheureusement, les algorithmes des moteurs de recherches animés par des logiques de génération de profits, tendent à favoriser le contenu commercial destiné à une large audience, au détriment d’outils de connaissances ciblés. Ainsi, le contenu à destination des entrepreneurs coopératifs est marginalisé des moteurs de recherche dominants.

Il est temps pour le mouvement coopératif de s’émanciper des technologies qui discriminent fondamentalement les valeurs et les identités coopératives. Attendre de Google qu’il diffuse des ressources coopératives est une bataille perdue d’avance. Au lieu de cela, les associations coopératives doivent établir une infrastructure web capable de connecter les acteurs coopératifs directement à leurs parties prenantes – sans dépendre de leurs concurrents. En d’autres termes, la coopération entre les coopératives doit être réalisée sur le web.

Auteur

Laisser un commentaire